JdR avec des enfants non-voyants

Univers de jeu

  • Des JdR proposés, amateurs comme commerciaux, reprennent des univers de BD, films, dessins-animés. Un enfant aveugle connaîtra rarement l’univers en question. Par contre, par ses lectures, ses discussions, ses jeux, il peut en fait connaître plus ou moins les standards que reprennent les œuvres, et les JdR, en questions. De plus, bien amené, l’enfant peut tout simplement découvrir ces standards et ces univers en jouant, de séance en séance.
  • Évidemment, pour les JdR A qui reprennent directement une œuvre littéraire, comme Harry Potter RPG, il n’y a pas de problème.
  • Un bon nombre de JdR accessibles pour les enfants repose cependant sur des univers de leur cru. Ils ne sont pas forcément très originaux et s’éloignent parfois peu des « standards » des « genres » auxquels ils se réfèrent.

Accessibilité aux règles (et aux descriptions du monde, des monstres, etc…)

Avoir accès aux règles, pour le joueur, n’est pas indispensable, que l’on soit voyant ou non. Par contre, cela peut conforter ou aider certaines personnes. Pour les JdR pour enfants, les règles étant très courtes, cela pose peu de problèmes. A ma connaissance, un rôliste français passionné non-voyant scanne des livres entiers de JdR complexes, et les passe par OCR, puis rassemble les documents pour reformer le livre en version informatique texte. Et enfin pouvoir «lire» le livre en question. Mais c’est long et fastidieux. Les JdR amateurs trouvables sur Internet sont peut-être directement lisibles par Jaws. Il est possible enfin, avec un donneur de voix, de mettre les règles par chapitre dans des fichiers mp3 séparés.

Accessibilité aux aides de jeux

Il est possible d’utiliser, en plus de la simple narration et description, différentes aides de jeu :

  • Des illustrations, mais qui seront toujours inaccessibles, bien qu’elles pourront aider la description pour le MJ qui les regardera (en comparaison à une description sans support).
  • Des croquis, voire des plans avec pions ou des figurines dessus. Du matériel pour en faire autant avec des non-voyants est à l’étude par l’« AJA Jeux de Rôles ». Mais il ressort surtout que ce n’est pas fondamental, ou alors que les pions et plans permettront surtout au MJ une description plus aisée de la situation, pour le ou les joueurs non-voyants.

La bonne volonté du MJ et un peu de savoir-faire, sont en fait le meilleur des moyens d’accessibilité.

Accessibilité aux feuilles de PJ

Il est plus important à un joueur de pouvoir consulter sa feuille de PJ. Avec un JdR simple, pour les enfants, il doit être facile de transcrire la feuille en braille. Un joueur voyant, ou le MJ s’il est voyant, peut aussi lire à la demande la feuille. On peut aussi utiliser un ordinateur portable avec une oreillette (et Jaws), ou un «bloc note braille». Un système de «carton à cubarithme» a été validé lors des séances de l’été 2010.

Lancer de dés

Si le JdR utilise des dés classiques à 6 faces (comme REVES), les dés avec points relief seront l’accessoire idéal. Si le JdR utilise des dés à 4 faces, 8 faces, 10 faces, 12 faces, 20 faces, ou 100 faces, il faudra se fabriquer un ou des jeux de cartes marqués, comme expliqué dans la page «Lancer de dés par des cartes».

Dés
Dés

De la durée des séances

Apparemment, les enfants non-voyants sont souvent plus attentifs aux jeux de société que les enfants voyants. Ils peuvent jouer plus longtemps sans avoir besoin d’aller courir. Plus le groupe de joueurs comptera de non-voyants, plus la partie pourra sûrement durer longtemps. Il est d’une façon générale plus facile de jouer jusqu’à 2 heures de suite. Par contre 2h reste apparemment la durée maximale.

D’une façon générale

Le plus simple pour que des enfants non-voyants puissent participer, c’est un adulte voyant pour lire les règles et tenir la feuille de Personnage-Joueur (PJ) à jour. Avec ces JdR simples, il m’est facile, en tant que MJ, de tenir à jour leurs feuilles tout en faisant jouer. De même, si les JdR en question n’utilisent pas des dés classiques à 6 faces, il y a différentes possibilités autonomes, mais le plus simple est que le joueur non-voyant lance ses dès, et qu’un voyant lui lise le résultat. Cela privilégie ainsi l’entraide et la convivialité. Enfin, c’est selon les goûts. Il reste que si le joueurs non-voyant est ainsi aidé, il n’a même pas « sa » feuille de PJ à lui, alors que les joueurs ont habituellement leur feuille de PJ qu’ils ramènent chez eux, avec peut-être leurs dés, leurs livres de règles (etc)… D’où l’intérêt des solutions pour fournir un matériel accessible, solutions proposées dans les pages de ce site.

Pour les touts petits

  • Même si le JdR « REVES – Tout Petit » est très bien fait, il repose sur la réalisation de dessins. Il est donc totalement inaccessible sans adaptation (je n’ai pour l’instant pas de solution, à vous de trouver).
  • Le JdR A « Oui-oui » propose aussi une variante pour « tout petit ». Elle repose sur les couleurs. Il faut mettre une pastille sur les faces d’un dé à 6 faces. Il y a 3 couleurs. En gardant le même principe, on peut remplacer les couleurs par des formes : triangle, rond et croix, par exemple. Des pastilles épaisses peuvent sans doute le permettre. On peut aussi se fabriquer les dés spéciaux, mais c’est une entreprise plus ambitieuse. À vous d’essayer !

Je vous signale aussi qu’il y a déjà un article sur le Jeu de Rôles avec les non-voyants. Il n’est pas de moi et il ne relate donc absolument pas mon expérience. Il est ici. Il ne traite pas forcément du JdR avec les enfants non-voyants, mais du JdR avec des non-voyants, en général. Vous pouvez, je crois, y apporter vos commentaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.