Théorie céci-surdité

Les sourds-aveugles sont aussi normaux que les gens spéciaux et aussi spéciaux que les gens normaux. Le problème est que la communication fait défaut dans la plupart des circonstances. Et lorsque la communication s’arrête, il y a place à toutes sortes de sentiments inadéquats et de mauvaises interprétations. Cela est cause d’un manque d’information des deux côtés. Et la fin de l’histoire est que les sourds-aveugles paient la note.

Surdi-cécité et santé mentale

Les termes surdicécité, sourd-aveugle et déficience auditive et visuelle combinée ne désignent pas seulement une surdité et une cécité complète.
La surdicécité congénitale a un impact majeur sur le développement affectif, relationnel et cognitif de l’enfant, dès les premières semaines de sa vie. De plus, ce jeune enfant présente souvent un état de santé précaire et vit un stress lié aux interventions médicales multiples. Les nombreux besoins médicaux, les soins à donner à l’enfant et les inquiétudes engendrées ont des impacts importants sur l’équilibre familial.
Dans certains cas, on remarque que cet enfant :

  • présente un retard généralisé
  • a tendance à être passif et sélectif en ce qui concerne l’aspect sensoriel
  • a tendance à s’isoler
  • adopte des comportements stéréotypés
  • Le bébé sourd-aveugle est soumis à un processus d’évaluations par différents spécialistes. Le pronostic annoncé par les équipes médicales est souvent sombre et laisse peu d’espoir aux parents. Il est alors difficile de cerner les capacités du jeune enfant sourd-aveugle.
    Des services spécialisés en surdicécité permettront à la famille d’être mieux outillée pour favoriser le développement global de l’enfant en tenant compte des capacités (visuelles, auditives, tactiles, kinesthésiques,…). Avec une intervention appropriée qui permet le développement d’un mode de communication et des routines sécurisantes, cet enfant peut nous surprendre en révélant des capacités bien meilleures que ce qui était attendu. Les associations sont une bonne source de soutien et d’information sur les ressources.

Source : Programme IRD/INLB.

Classification

On distingue habituellement 4 situations :

  • double déficience visuelle et auditive à la naissance
  • déficience auditive de naissance et cécité progressive
  • déficience visuelle de naissance et surdité progressive
  • perte visuelle et auditive progressive

Termes

Les termes : “sourds-aveugles”, “sourds-malvoyants”, “aveugles-malentendants”, “malentendants-malvoyants” sont rassemblés en fait sous le terme “surdicécité” et cela dans le monde entier. Celui-ci désigne, sans distinction particulière, toutes les personnes ateintes de double déficience sensorielle. Cela ne prend pas en compte le degré de l’atteinte ; ainsi ces personnes ne sont pas forcément dépourvues complétement d’audition ou de vision.

Qui est touché ?

Comme la surdi-cécité peut-être dû à une maladie génétique, congénitale, infectueuse ou bien encore la conséquence d’un accident ou dû au vieillissement, elle touche donc sans prévenir et qui que ce soit peut en être victime.

Quelques chiffres…

  • Pas plus de garçons que de filles.
  • Taux de prévalence (trés difficile à trouver) : en moyenne selon les pays 15/100 000 à 40/100 000.
  • Les origines congénitales sont plus rares.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *