Règles de saisie

Il existe des logiciels de transcription automatique en braille, qui convertissent les textes (format .rtf, format .doc…), pourvus qu’ils répondent à certaines règles de saisie.
Rien de bien sorcier.
À part quelques points spécifiques, comme les majuscules accentuées, les consignes à respecter sont d’utiliser les fonctions basiques d’un traitement de texte classique.

Frappe

Respecter les règles du français, en particulier :

  • les majuscules : la règle d’orthographe en vigueur est de placer les accents sur les majuscules. C’est d’autant plus important qu’en braille, les lettres avec accents (é, è, à, ç…) sont radicalement différentes de leur correspondant sans accent (e,e,a,c…). Pour obtenir facilement des majuscules accentuées, sous Windows, paramétrer Word (outils/options/édition/majuscules accentuées) puis taper les lettres en minuscule et format/police/majuscule pour passer en majuscule, ou sélectionner la lettre puis maj + F3 pour la mettre en majuscule.
  • les espaces dans la ponctuation. En principe, le logiciel de transcription adaptera automatiquement les espaces aux normes braille. Toutefois, voici un rappel des règles propres à la langue française :
    • apostrophe : pas d’espace
    • signes composées de 2 éléments ? ! : ; ” un espace avant, un espace après. Word place automatiquement l’espace qui suit le guillemet ouvrant et qui précède le guillemet fermé.
    • signes composés d’un élément ( . , rien avant, un espace après
      Avant de confier un texte Word à la transcription, il est plus sûr d’effectuer une vérification d’orthographe et de grammaire, à l’aide des commandes “outils/grammaire et orthographe”.

Mise en forme

Le logiciel de transcription conserve les éléments de mise en page tels que les majuscules, les retours à la ligne, les sauts de pages, les césures… quand ils ont été voulus par le rédacteur. Par exemple une césure réalisée automatiquement par le logiciel de traitement de texte ne sera pas conservée, alors qu’un trait d’union tapé en fin de ligne le sera. Il faut donc laisser Word gérer lui-même les césures. Les lignes vides successives ne seront pas conservées par le logiciel de transcription, qui n’en gardera qu’une.

Le braille ne tient pas du tout la même place que le noir, donc les fins de ligne marquées par des retours à la lignes ne tomberont jamais au même endroit dans la version braille que dans la version noire, les trait-d’union en fin de ligne tomberont peut-être au beau milieu d’une phrase, donc :

  • travailler en mode affichage “normal” et surtout pas en mode affichage “page” qui ne permet pas de distinguer si un “blanc” à l’écran provient d’un espace, de plusieurs espaces, ou d’une tabulation…
  • activer l’affichage des marques de mise en forme (bouton/icone de marque de paragraphe : afficher/masquer).
  • utiliser les fonctions de mise en page telles que centrage ou saut de page : ne jamais “se débrouiller” avec des espaces ou des lignes vides pour que le texte se retrouve où l’on veut, car en braille on obtiendrait tout autre chose.

Une astuce pour vérifier la mise en page : changer de taille de police et voir si le texte tombe toujours correctement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *