Théorie autisme

Reconnaître l’autisme.

Symptômes

L’autisme se caractérise par une triade de symptômes (on parle de triade autistique).

  • Une altération des interactions sociales. L’autisme est aussi appelé cécité sociale…
  • Des anomalies de la communication verbale (retard, absence de langage, écholalies, bizarreries du langage…), mais aussi des anomalies de la communication non verbale (mimiques, regards, gestes…).
  • Le caractère restreint et répétitif des comportements, des activités et des pôles d’intérêts (pauvreté du jeu et de l’imagination, activités stéréotypées, ritualisées). Le blindisme est parfois confondu avec des stéréotypies, des rituels ou des mutilations propres aux autistes.

À ces signes principaux s’ajoutent la plupart du temps divers signes associés tels que :

  • Des perturbations sensorielles (des réactions sensorielles extrêmes et/ou inappropriées : l’enfant va se boucher les oreilles à un bruit ordinaire, et restera indifférent au son du marteau piqueur ou du ballon qui éclate. Ou bien tout contact lui sera insupportable…).
  • Des retards de développement divers, et notamment au niveau cognitif (c’est ce qu’on appelle retard mental).
  • Des troubles du comportement ( colères, agressivité, automutilation…).

L’expression et la sévérité des signes comportementaux peuvent être très variables … On parle de spectre autistique, qui va de l’autisme avec retard mental à l’autisme haut niveau (Asperger).

Il est important d’avoir à l’esprit que même si un important pourcentage d’enfant ne communique pas clairement de façon verbale, cela ne témoigne pas pour autant d’une faible intelligence. Ce mutisme traduit plutôt leur dysfonctionnement typique par rapport à la communication et la socialisation. Dès qu’on donne à un enfant autiste des moyens de communication, il les utilise pour communiquer. Ce qui a pour effet de faire baisser de façon significative l’apparition des troubles du comportement. Le moyen le plus couramment employé est le système de communication par image (ou photo, ou consigne écrite) dont le principe est l’échange : l’enfant donne une image, et l’adulte donne ce qui est représenté par celle ci. On voit la difficulté pour la personne autiste et déficiente visuelle qui ne peut pas voir les images, les donner, montrer ce qu’elle veut… C’est à dire qui ne peut pas communiquer. Il n’existe pas de “Pictogramme Braille”.

Quelques chiffres…

  • Sexe ratio assez important : il y a 4 garçons atteints pour 1 fille. C’est une donnée qui est en faveur d’une piste génétique…
  • Taux de prévalence : 16/10000

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *