Dyssynchronie affective

Le plus souvent, en-dessous de l’âge légal, décalage renforcé par une hypersensibilité, due pour partie aux capacités intellectuelles, mais certainement aussi au traitement social : soit en raison d’une attente d’un développement affectif au même niveau de l’intellect, soit en raison d’atteintes répétées de la sphère affective, au nom de la normalisation. Cette moindre maturité affective grève aussi les relations sociales. Ceci n’a rien à voir avec de l’immaturité, source majeure d’incompréhension.

L’hypersensibilité

  • La cécité génère chez l’interlocuteur toute une série de sentiments : pitié, protection, empathie, supériorité, culpabilité…que l’enfant intellectuellement précoce – hyperémotif et intuitif – percevra et qui vont exacerber sa grande fragilité émotionnelle.
  • Au fort besoin d’affection, à la dépendance affective accrue, il est difficile de trouver une réponse justement mesurée s’agissant d’un enfant aveugle. Eviter la surprotection, mais aussi la dureté (parce que l’enfant handicapé aura une vie plus dure et qu’on doit lui apprendre à être fort, parce que les éducateurs scolaires ou parascolaires sont incités à la froideur pour éviter l’attachement affectif…)
  • Les enfants intellectuellement précoces, perpétuellement anxieux, peuvent mettre en place des rituels comme soupape à ces angoisses. Chez un enfant aveugle, les rituels peuvent être accentués par le besoin accru de sécurité, et devenir gênants.

L’estime de soi

  • Les enfants intellectuellement précoces ont une grande exigence envers eux-mêmes, l’esprit critique, voire intransigeant, intolérant, et une faculté de jugement qu’ils s’appliquent et qui les amène à élaborer une image d’eux-mêmes dévalorisée. La cécité qui handicape et génère des échecs peut amplifier la mauvaise estime de soi, la propension à se dire nul ou à le penser.

Le sens de la justice, des responsabilités. Le souci philosophique et moral

  • Avec un handicap, les injustices à subir sont beaucoup plus fréquentes, les responsabilités moindres, 2 composantes auquel les enfants intellectuellement précoces sont particulièrement sensibles.
  • La conscience rapide et aiguë de la réalité du monde, la lucidité, fait de la cécité un sujet d’inquiétude générateur d’anxiété, mais permet peut-être aussi d’y faire face plus efficacement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *