Comportement

2 votes

Envoyer l'article à un(e) ami(e).

Les troubles du comportement sont considérés comme faisant partie intégrante de l’autisme et constituent, pour les familles ou les établissements, une difficulté majeure à l’intégration des personnes autistes. Ces problèmes sont en réalité la conséquence d’un environnement trop difficile à comprendre et trop envahissant pour la personne autiste. Les stéréotypies ne sont pas des troubles du comportement, sauf si elles sont envahissantes, les rituels non plus. Il faut simplement orienter ces façons d’agir vers un autre lieu, un autre moment.

Le blindisme est à dissocier complètement des troubles du comportement.

Par contre, il faut déterminer la ou les causes des troubles du comportement.

  • Cela peut être une cause physique : douleur, maladie, état ordinaire comme la faim ou la soif, un besoin pressant…
  • Cela peut être aussi une réaction sensorielle, qui transforme une sensation ordinairement plaisante ou indifférente en sensation douloureuse (sons, couleurs…)
  • Cela peut être une difficulté à comprendre ce qui se passe. (Qu’est ce que je dois faire, avec qui, pourquoi, où, jusqu’à quand…). Si l’on n’a pas donné toutes ces indications, il est fort probable que la personne autiste refuse l’activité.
  • Cela peut être une difficulté de communication, qui rend encore plus incompréhensible les troubles du comportement.

Que faire en cas de trouble du comportement ?

  • à éviter :
    • l’aggravation de la situation par notre réaction (on réagit trop : gestes, cris, explications, ect)
    • le renforcement du trouble du comportement par notre réaction.
  • à faire (le principe est qu’un trouble du comportement ne doit servir à rien).
    • si les troubles sont faibles et peu fréquents, essayez d’y prêter le moins d’attention possible tant que cela ne présente pas de danger pour lui ou l’entourage. L’enfant ne doit pas réussir à obtenir une réponse "plaisante" de votre part à la suite de son comportement, pas même de l’attention.
    • si les troubles sont fréquents et intenses, signifier l’interdit "STOP" : consigne verbale + geste, et rompre toute interaction verbale et visuelle.
    • adopter une éducation spécifique et un environnement structuré
    • toujours anticiper : la personne autiste , avant de faire une activité, doit toujours savoir
          • ce qu’elle va faire et pourquoi
          • avec qui
          • ce qui se passe après.
    • trouver un outil de communication adapté.
    • préparer un emploi du temps visuel.

Pour une personne autiste et aveugle, ou gravement DV, c’est une grande difficulté. Les troubles du comportement ne sont pas inéluctables, ils ne sont pas non plus une caractéristique de la personne autiste. Dans le plus grand nombre de cas, ils sont évitables. Sauf exception, il n’est pas nécessaire d’avoir recours à une hospitalisation ou à une médication. Tous les troubles du comportement ne pourront pas être évités, mais on verra une amélioration importante.

(Tiré du livre de G. Laxer & P. Tréhin : "Les troubles du comportement associés à l’autisme & aux autres handicaps mentaux")

Je commente cet article

Je fais un don à l'association.

J'ai une idée : je participe !

Accéder à la page Facebook Accéder à la page Twitter Accéder à la page YouTube Accéder aux tableaux Pinterest

Copyright logo enfant-aveugle