Accueil > Jeux > Jeux à adapter > **Conseils

-* **Conseils

L’essentiel de l’adaptation

L’idéal : Le jeu, une fois adapté doit permettre de :

  • jouer en autonomie, sans dépendre des voyants
  • ne pas être trop ralenti ni désavantagé par rapport aux voyants
  • s’amuser, sans que la demande de concentration et de repérage ne prenne le pas sur le plaisir
  • pouvoir être emporté facilement partout
  • trouver facilement des partenaires : jeu connu ou dont les règles sont faciles à expliquer


Le travail d’adaptation.
Il consiste entre autres à :

  • marquer en braille des textes, en transparent par dessus le texte noir
  • marquer tactilement les couleurs, en les remplaçant par des matières, des formes
  • délimiter les zones par des traits en reliefs, des batonnets de bois, des surfaces tactiles...
  • remplacer certains accessoires par leur équivalent tactile ou audio : dé avec points en relief, minuteur à la place du sablier, marqueur de score physique à la place du papier/crayon, jetons tactiles, etc.
  • ajouter des supports spécifiques pour le joueur aveugle : rangement du jeu qu’il a en main ou de celui qu’il doit étaler devant lui. Parfois la partie de plastique thermoformée de la boîte du jeu (là où se rangent les éléments) peut être utilisée à cette fin.

Les contraintes

  • le braille prenant de la place, éviter d’avoir trop de texte (utiliser simplifications, initiales, symboles tactiles, etc.)
  • assurer la tenue des éléments (cases délimitées en relief, trous/chevilles, aimants, scratch...)
  • penser à repérer le sens de lecture des éléments (haut/bas)
  • respecter l’esthétique du jeu, ne pas l’enlaidir

Petits efforts à fournir par les joueurs voyants :

  • commenter leur action ("je pioche une carte", "je défausse telle carte", "je bouge tel pion de la case x à la case y")...
  • accepter que le plateau de jeu soit touché, ce qui peut provisoirement les gêner dans leur réflexion s’ils ont besoin de fixer les éléments visuellement
  • accepter que le rythme du jeu soit ralenti
  • rester honnête sans profiter du fait que l’autre ne voit pas pour tricher, même si c’est fortuitement qu’on a vu son jeu (pas assez bien caché parfois)


N.B. :

  • certains jeux se prêtent mal à l’adaptation mais sont tellement omniprésents qu’il serait frustrant d’en priver l’enfant (ex : Monopoly).
  • les enfants progressent vite, et avec l’entraînement ils maîtrisent de mieux en mieux un jeu donné. Difficile de se baser sur leur capacité présente à jouer à tel ou tel jeu. Il vaut mieux se baser sur leur envie, et sur l’avis d’enfants aveugles plus âgés.

idée {JPEG}Acheter des jeux très à l’avance. Les jeux ne sont pas forcément réédités, il vaut mieux être prévoyant et se procurer les plus attractifs quand on en a l’occasion, même si l’enfant est trop jeune. Il n’est pas non plus ridicule de les garder ensuite pour quand l’enfant sera parent et voudra jouer avec ses enfants !

Les jeux de cartes
  • Pour qu’un jeu de carte fonctionne en version adaptée, il faut :
    • qu’il y ait suffisamment peu de texte sur la carte pour tenir en braille, ou que seulement quelques cartes fassent l’objet d’un livret de textes à part
    • qu’il n’y ait pas trop de cartes étalées sur la table (ex : Rami)
    • qu’il n’y ait pas trop de cartes à tenir/classer en main
  • Les cartes, une fois marquées en braille, deviennent trop volumineuses pour tenir dans la boîte et le sabot d’origine :
    • fabriquer une nouvelle boîte
    • utiliser un sabot pioche/défausse plus haut
  • Il est difficile aux joueurs les plus jeunes de manipuler leur jeu tout en le cachant aux voyants :
    • fabriquer un cache-cartes

Sabot pioche/défausse

fabriqué par Christine H.

Support pioche/défausse adapté à la hauteur du paquet, beaucoup plus haut une fois les cartes marquées en braille.

  • Coller dos à dos 2 boîtes sans couvercles de la taille des cartes et d’une hauteur supérieure au paquet, soit fabriquées en carton, soit récupérées (barquettes alimentaires, mini-boîtes cadeaux...)
  • Couper une ouverture de chaque côté, jusqu’en bas, en laissant 2 cm de bords
  • Peindre ou recouvrir de papier (Vénilia, serviette collée, papier peint...)
  • Renforcer les bords
  • Coller au fond de la feutrine ou une carte du jeu (la règle, la présentation...)
  • Option : Coller les indications en noir + braille "pioche" et "défausse", soit sur le fond, à l’endroit où l’on pioche, soit sur les bords

Cache-cartes

fabriqué par Fanny P.

Cache-cartes

Sorte de "couvercle" en cartonnage pour cacher sa main de cartes.

  • haut : 40 cm x 20 cm (pliable en 20 cm x 20 cm)
  • fond : 40 cm x 5 cm (pliable en 20 cm x 5 cm)
  • côtés : 5 cm x 20 cm x 11 cm x 21 cm
  • 2 trous sur fond et 1 trou par côté pour passage d’un lacet à nouer

Je commente cet article

Les jeux de groupe

Guide d'achat

Je fais un don à l'association.

J'ai une idée : je participe !

Accéder au flux rss Accéder à la page Facebook Accéder aux tableaux Pinterest Accéder à la page YouTube Accéder à la page Twitter Contact

Copyright logo enfant-aveugle