Accueil > Scolaire > Être AESH (AVS) > Aider à "tactilire"

Aider à "tactilire"

Les services de transcription fournissent aux élèves braillistes des planches de dessins tactiles thermogonflées.
Zoom tactile
Les découvrir et les comprendre prend beaucoup de temps et demande un accompagnement.
Les difficultés tiennent :

  • à la lecture tactile, qui est séquentielle : jamais on ne peut voir le dessin en entier.
  • au fait que le dessin, même tactile, ne ressemble à rien de connu pour un aveugle.

Un dessin, une photo, c’est la reproduction de ce que nous percevons visuellement et uniquement visuellement : ni relief, ni mouvement, ni chaleur, ni son, ni poids, ni taille réelle... absolument tout ce qui compose la perception d’un aveugle est absent, ne reste que LA composante qui lui est totalement étrangère.

Ne jamais avoir vu, c’est avoir un cerveau différent de celui d’un voyant, chez qui les circuits neurologiques dédiés à la vision sont sans cesse activés.
Pour un aveugle, des concepts évidents pour les voyants n’existent pas, comme la vision globale, la vision à plat, la vision en miniature, la vision en couleur, la vision en perspective...

La lecture tactile

La lecture tactile est forcément morcelée, et les éléments lus disparaissent au fur et à mesure.
Voilà ce que donnerait une exploration linéaire avec 3 doigts de chaque main, de gauche à droite et de haut en bas, (le braille a été remplacé par l’équivalent en noir)
lecture séquentielle
Le dessin en entier (et en braille)
machine à vapeur braille
Et ce qu’ont les élèves voyants :
Machine à vapeur

Il faut aider l’élève à distinguer l’essentiel, le guider dans la lecture, lui indiquer par où commencer.

Lui expliquer ce qui est représenté.

Lui donner des précisions qui correspondent à sa perception à lui : taille, texture, chaleur, poids, etc...

idée {JPEG}

L’idéal est que ce temps de découverte puisse avoir lieu en amont du cours.

Pour aider efficacement, il faut être conscient des concepts qui pour l’élève aveugle de naissance n’ont pas de sens :

La vision globale

Il n’y a pas qu’en lecture tactile que la vision globale est impossible, elle l’est aussi dans la vie.
Le champ de vision se réduit à la partie touchée par la main : toucher un avion, c’est toucher une succession de petites surfaces de métal ; ce qui signifie que, pour savoir ce qu’est un avion, il faudrait :

  • des heures pour avoir touché tous ces petits bouts de surfaces.
  • garder en mémoire chacun de ces tout petits bouts
  • en imagination, les agréger de la bonne façon pour reconstituer un tout
    sans pouvoir transformer mentalement en images visuelles, bien sûr.

Un avion, c’est "un long couloir rempli de fauteuils en haut d’un escalier en plein vent" [1].

La vision à plat

Le monde en 2 dimensions, les contours des objets, n’existent que par la vue.
Voir en photo, sur papier ou sur écran, même si tout est devenu plat, c’est presque comme avoir vu en vrai.
triangulaire
Mais pour l’élève aveugle, le monde n’existe qu’en 3 dimensions, sans contours à plat. Seule la vue peut faire le rapport entre ces objets et ce dessin :
Triangle
Arriver à imaginer en volume à partir d’une représentation à plat, avec un cerveau qui n’a jamais expérimenté le concept des contours, demande une énorme faculté d’abstraction.

La vision en miniature

Comme plus un objet est loin, plus on le voit petit, la représentation à l’échelle est une évidence et reflète bien une réalité.
Pour un aveugle, jamais une chose ne change de taille. Pour lui, le concept de la miniature est une abstraction, même en volume ou en maquette.
Tour eiffel
La miniature comme support d’apprentissage à d’autres limites :

  • les détails sont perdus à 2 niveaux :
    • du fait de la miniaturisation
    • à cause du toucher, qui perçoit beaucoup moins de détails que les yeux.
  • ce sont les éléments discriminants pour les yeux qui sont mis en avant : un âne en miniature montrera bien la longueur des oreilles, mais pas l’arête dorsale, qui aux yeux n’est pas proéminente mais qui au toucher est ce qui frappe le plus.
    arc de triomphe
    Au toucher, les bas-reliefs ne sont pas perceptibles, seule l’est la forme globale.

La vision en couleurs

Les dessins indiquent parfois les couleurs, et pour quelqu’un qui n’a jamais vu c’est utile à sa culture générale mais n’a aucun sens. Comme si, à un voyant, on disait que telle chose est chepounz, telle autre est gyjuf, ou plafbiac...


Pour un élève aveugle de naissance, les planches tactiles peuvent permettre de comprendre des processus logiques (circuits électriques) ou d’apprendre des notions géographiques mais pas de se représenter les choses comme le ferait un voyant.

Un bon accompagnement à la lecture est indispensable.

attention !

Les documents thermogonflés sont de qualités très inégales ; beaucoup ne respectent pas les règles de transcription et s’en trouvent très difficilement lisibles.

L’aide à la lecture est d’autant plus nécessaire.

Notes

[1rapporté par F. Martinez-Sarochi, psychologue-chercheur au CNRS

[2rapporté par F. Martinez-Sarochi, psychologue-chercheur au CNRS

Je commente cet article

Je fais un don à l'association.

J'ai une idée : je participe !

Accéder au flux rss Accéder à la page Facebook Accéder aux tableaux Pinterest Accéder à la page YouTube Accéder à la page Twitter Contact

Copyright logo enfant-aveugle