Prébraille

L'oiseau-lire


Le prébraille correspond aux prérecquis de la lecture et de l’écriture, que les élèves apprennent surtout en grande section de maternelle.

Voici des idées de supports et d’activités ludiques, conçus pour être exploitables au sein de la famille sans se substituer aux professionnels.

Méthode de prébraille

Feeling ready to readMéthode de prébraille "Blanche-neige"

Traduction du manuel d’utilisation du kit de pré-braille anglais "Feeling ready to read" basé sur l’histoire de Blanche-Neige. (disponible sur http://onlineshop.rnib.org.uk).

Même si l’on ne possède pas ce kit, les exercices sont décrits de manière suffisamment précise pour que l’on comprenne bien en quoi consistent les prérequis du braille et que l’on puisse réaliser soi-même des supports similaires.

Sur demande, nous pourrons vous communiquer ces éléments en français :

  • manuel d’utilisation décrivant chaque exercice
  • histoire de Blanche-Neige adaptée pour les exercices

Exercices ludiques basés sur des contes

Cliquez sur les vignettes pour télécharger les documents au format word
Word - 123.5 ko
Les trois petits cochons
Exercices de prébraille basés sur l’histoire des Trois petits cochons
Word - 105.5 ko
Le petit chaperon rouge
Exercices de prébraille basés sur l’histoire du Petit chaperon rouge

Prélecture / écriture

Lecture et l’écriture du braille recquièrent, outre des aptitudes de motricité fine, de repérages tactile et auditif et de mémorisation, la connaissances de notions préalables :

Concepts et modèles

  • un peu / beaucoup / pas du tout
  • plus / moins
  • les paires
  • zéro / tous
  • comptage jusqu’à dix
  • premier / deuxième / troisième...dernier
  • Idées :
  • jouer avec des objets dans une boîte à 6 emplacements disposés en matrice braille (ex : boite à oeufs), prendre un ou deux objets, guider la main de l’enfant pour lui apprendre comment utiliser une main comme guide et l’autre pour saisir l’objet, pour l’aider à imiter des modèles ultérieurement.
  • trouver des jeux à base de plateaux troués et de rangées de pions (« Coloredo », allumettes plantées dans le polystyrène) pour débuter dans les associations. jeu libre, puis imitation de modèles de pions rangés dans un certain ordre
  • enfiler des colliers de perles avec rythmes à imiter
  • réaliser des rangées de bande velcro avec des formes dont il faut répéter l’ordre

De gauche à droite, de droite à gauche

  • Jouer à faire des rangées de pions en plantant les pions sur un tableau à trous de gauche à droite.
  • Faire rouler une voiture ou un jouet de gauche à droite avec une ou plusieurs mains.
  • Jouer à suivre une baguette en bois ; une bande de papier de verre, une ligne de colle et une ligne de braille (avec ou sans espace).
  • Coller des objets sur une bande et demander à l’enfant de passer de gauche à droite pour découvrir chaque objet.
  • Mettre les objets sur une boîte à 12 emplacements et demander à l’enfant d’identifier les objets en passant de droite à gauche sur chaque rangée.
  • S’exercer à suivre une ligne braille
    • Suivre de gauche à droite les caractères qui se suivent sans espace
    • Suivre de droite à gauche les caractères qui se suivent sans espace
    • Suivre de gauche à droite les caractères qui se suivent avec un ou deux espaces
    • Suivre de droite à gauche les caractères qui se suivent avec un ou deux espaces
    • Suivre de haut en bas les caractères qui se suivent sans espace

Du concret à l’abstrait

Le braille est un système de représentation symbolique d’objets et de situations, comme l - écriture pour le lecteur voyant.

  • écrire ce que l’enfant fait quand il joue avec un jouet : « tu es en train de cogner les cubes ». Commenter aussi tout haut ce que l’on est en train de faire
  • utiliser un objet comme aide mémoire ou préparer l’activité à venir en glissant un objet ayant trait à celle-ci (ex. : la clé de voiture = c’est l’heure de partir). Ensuite utiliser le même objet pour parler de situation passée ou future. De cette façon, cela devient symbolique
  • fabriquer un livre avec des objets symboliques pour raconter une histoire, utiliser un dessin en relief pour représenter l’objet ainsi que le mot en braille sur une étiquette à côté. Ainsi, l’enfant pourra faire le lien entre l’objet réel et le mot en braille. Les enfants voyants procèdent de la même façon avec les images comme représentations symboliques
  • associer des objets réels avec d’autres objets qui vont ensemble, ou les associer avec leur représentation en relief.

Le braille dans la vie quotidienne

  • suggérer à l’enfant à gribouiller avec un poinçon ou une règlette. Les feuilles plastiques des emballages une fois lavées peuvent être utilisées pour servir de support à l’écriture
  • partager avec l’enfant ce que l’on écrit : liste des courses, carte postale, prise de notes, pour faire comprendre le rôle de l’écrit
  • laisser des petits mots sous son oreiller ou dans son sac à goûter avec la traduction en noir de façon à ce que n’importe qui puisse les lui lire
  • prendre la main de l’enfant pour qu’il expérimente le braille dans les lieux variés : panneaux, ascenseurs, menus braille. Les enfants voyants ont vu des imprimés depuis leur plus jeune âge, il faut donc dans la mesure du possible permettre aux enfants non-voyants d’être dans la même situation

Un étiqueteur braille avec de la bande Dymo permet d’étiqueter les objets familiers de l’enfant et les différents endroits de la maison, même si l’on ne sait pas lire le braille.

idée {JPEG}

Adapter un jeu d’ABC sonore en ajoutant les lettres en braille sur les touches.
ABC pomme

S’initier à l’écrit

Il n’existe que très peu de livres adaptés pour les enfants qui ne sont pas encore lecteurs, il n’y a pas d’autres solutions que de les fabriquer soi-même.
L’enfant pourra différencier les livres par leur taille, leurs poids, leur épaisseur, et l’image tactile de la couverture. Il apprendra à manipuler un livre correctement :

  • le tenir et l’ouvrir dans le bon sens
  • tourner les pages une à une
  • découvrir la page en allant de gauche à droite et de haut en bas
  • reconnaître la signification des symboles présentés

L’idéal est de fabriquer des livres qui soient également attractifs pour les frères et soeurs, les copains et les copines, c’est plus valorisant.

Le texte doit être présent à la fois en noir et en braille et, même si l’on ne sait pas lire le braille, on peut quand même montrer l’exemple en suivant des doigts le texte en braille quand on raconte l’histoire, question de logique pour l’enfant !

Quelques idées

  • ranger les livres tactiles, les vêtements, les livres sonores à la disposition de l’enfant sur des étagères à sa portée pour qu - il puisse les trouver lui-même.
  • aller écouter dans les bibliothèques des conteurs pour écouter des histoires riches et bien dites.
  • tourner les pages en même temps que l’enfant. Le pousser à le faire en insérant des surprises à trouver entre les pages.
  • adapter les livres imprimés en y ajoutant du braille au-dessus et en-dessous des lignes
  • donner du sens aux livres en collant ou scotchant un objet rappelant l’histoire sur la page de garde

Zoom sur :

Une sélection de matériel pour le braille et les mathématiques dans la rubrique "lire et écrire"

Et pour les premiers albums tactillustrés, direction :

Les Doigts Qui Rèvent
LDQR

Je commente cet article

Je fais un don à l'association.

J'ai une idée : je participe !

Accéder au flux rss Accéder à la page Facebook Accéder aux tableaux Pinterest Accéder à la page YouTube Accéder à la page Twitter Contact

Copyright logo enfant-aveugle